La filière Droit au Maroc: Présentation, métiers et écoles

Présentation de la filière: Droit

Tout au long de l’histoire, les sociétés ont établi des systèmes de droit pour gouverner les populations. Sans lois, il y aurait le chaos et les droits des individus ne seraient pas protégés.

L’industrie juridique a parcouru un long chemin depuis l’époque de la Grèce et de la Rome antiques, où les jeunes garçons se sont familiarisés avec les nombreuses compétences nécessaires pour plaider une cause juridique par le biais d’un apprentissage.

Aujourd’hui, les avocats ont besoin de beaucoup de formation et d’une connaissance approfondie des questions juridiques pour pratiquer le droit.

Les individus auront toujours besoin d’avocats. Cependant, il existe de nombreuses possibilités d’emploi dans le domaine juridique au-delà de cette profession. La prestation des services juridiques est un processus complexe qui exige habituellement des équipes de professionnels qualifiés pour fournir des services de qualité et rentables.

Par conséquent, le domaine juridique offre de nombreux emplois qui englobent un large éventail de compétences, d’expériences et d’études. L’évolution du droit et de la technologie a également créé de nouvelles possibilités de carrière en droit.

Bien que la portée et les responsabilités des postes juridiques varient grandement, certaines compétences juridiques de base sont requises pour la plupart des postes juridiques. Si vous envisagez une carrière en droit, il est sage de mettre au point des compétences juridiques pour exceller dans le marché juridique concurrentiel d’aujourd’hui.

Compétences et qualités requises pour exceller dans le Droit :

  • Communication orale

La langue est l’un des outils les plus fondamentaux d’un professionnel du droit. Ils doivent savoir : transmettre l’information d’une manière claire, concise et logique, communiquer de façon persuasive, être capable de défendre une position ou une cause, maîtriser la terminologie juridique et développer une bonne capacité d’écoute.

  • Communication écrite

De la simple correspondance à la rédaction de documents juridiques complexes, la rédaction fait partie intégrante de presque toutes les positions juridiques. Les professionnels du droit doivent : maîtriser les aspects stylistiques techniques de l’écriture, apprendre à écrire un texte organisé, concis et persuasif, rédiger des documents juridiques efficaces tels que des motions, des mémoires, des mémorandums, des résolutions et des accords juridiques.

  • Raisonnement analytique et logique

Les professionnels du droit doivent apprendre à examiner et à assimiler de grandes quantités d’information complexe avec efficience et efficacité. Les compétences en analyse juridique et en raisonnement logique comprennent l’examination des documents écrits complexes, tirage des conclusions et établissement des liens entre les autorités judiciaires, développement de la pensée logique, l’organisation et les capacités de résolution de problèmes, et la structuration des arguments et leur évaluation.

  • Recherche juridique

La recherche de concepts juridiques, de jurisprudence, d’opinions judiciaires, de lois, de règlements et d’autres renseignements est une compétence juridique importante.

  • Technologie

La technologie modifie le paysage juridique et fait partie intégrante de chaque fonction juridique. Pour rester efficaces dans leur travail, les professionnels du droit doivent maîtriser une variété d’applications logicielles de traitement de texte, de présentation, de temps et de facturation, ainsi que des applications liées à la pratique ; et maîtriser la technologie des communications, y compris le courrier électronique, les systèmes de messagerie vocale, la vidéoconférence et la technologie connexe.

  • Gestion du temps

Dans une profession fondée sur un modèle d’entreprise qui lie la productivité aux gains financiers, les professionnels du droit sont constamment sous pression pour facturer le temps et gérer d’importantes charges de travail. Par conséquent, les professionnels du droit doivent : être multitâches, avoir une éthique solide, être capables de jongler avec les priorités et de respecter des délais serrés.

  • L’organisation

Pour gérer d’importants volumes de données et de documents, les professionnels du droit doivent acquérir des compétences organisationnelles : capacité de trier, d’ordonner et de gérer de grands volumes de pièces à conviction, de documents, de dossiers, de preuves, de données et d’autres renseignements ; capacité d’identifier les objectifs, de cataloguer les données et de créer une structure organisationnelle efficace à partir de quantités massives d’informations sans rapport ; capacité d’utiliser des applications technologiques qui facilitent la gestion des données relatives aux cas.

  • Travail d’équipe

Il faut savoir collaborer avec d’autres pour atteindre un but commun, coordonner et partager l’information et les connaissances, cultiver les relations avec les collègues, le personnel, les clients, les experts, les fournisseurs et autres, et assister et participer aux événements, réunions et conférences de l’équipe.

Carrières et débouchés dans le Droit :

Avocat :

L’avocat défend les droits de ses clients. Il peut le faire par la négociation avec d’autres parties à une poursuite ou par un litige. Ils dirigent efficacement le navire. L’échec ou le succès d’un cabinet commence par les compétences de ses avocats.

Une carrière d’avocat est une vocation extraordinaire. Cependant, devenir avocat est une tâche énorme en termes de temps et d’investissement financier. Il est donc important d’en apprendre le plus possible sur la profession avant de vous lancer dans une carrière d’avocat.

Vous pourrez poursuivre cette carrière juste après votre examen du barreau, après un master en droit, en ouvrant votre propre cabinet ou en travaillant pour le compte d’un autre cabinet d’avocats.

Huissier de justice :

Un huissier de justicier cherche avant tout à concilier, à trouver un accord entre une personne qui doit de l’argent et son créancier. Il joue également un rôle de conseiller pour les personnes en difficulté.

Au Maroc, la profession est très sélective mais elle une bonne insertion professionnelle est possible. Vous devrez être titulaire d’un bac+3 en droit ou d’un diplôme reconnu équivalent.

Magistrats :

Il est le garant du respect de la loi. Il s’agit de juges “subalternes” ou d’huissiers de justice à qui sont confiés des affaires et des litiges mineurs pour soulager les juges d’une partie du poids des dossiers.

Il peut aussi défendre l’intérêt public en imposant le respect des lois. Si cette carrière vous intéresse au Maroc, vous devrez suivre une formation à l’Institut Supérieur de la magistrature (ISM) après une licence en droit ou en charia islamique.

Notaire :

C’est un officier public qui a reçu la délégation de l’Etat, il est dont le représentant du pouvoir de l’Etat. Le notaire a pour mission principale l’authentification des actes au nom de l’Etat. Il va y constater officiellement, au nom de l’Etat, l’accord des partis.

Si vous prétendez à devenir notaire au Maroc, vous devez être titulaire d’un master en droit, puis passer le concours de notaires.

Juriste d’entreprise :

Le juriste d’entreprise est par définition interne à l’entreprise, et est peu en contact avec le public. Sa mission principale est de défendre les intérêts de l’employeur pour lequel il travaille. Il a également une mission de conseil, d’assistance et de mise en garde. Il accompagne le chef d’entreprise dans la prise de décisions. Il doit être en mesure d’évaluer les risques juridiques d’une situation et d’y trouver des solutions.

Au Maroc, un master en droit et une première expérience en droit des affaires sont nécessaires.

Découvrez les écoles qui proposent des formations en Droit

ESMC

Ecole Supérieure de Management et de Communication

57, Bd Abdelmoumen - Résidence Al Hadi - Casablanca

ESEJE Mohammedia

Ecole Supérieure Privée des Etudes Juridiques et Economiques

146, NICE 1 – Près de la FST MOHAMMEDIA